Retour sur… la résidence de Miss Honeywell au Métaphone

Après le Printemps de Bourges, les amateurs de musiques actuelles sont de retour dans les salles obscures et surchauffées pour écouter de la bonne musique et ils ne sont pas déçus.

Jeudi 7 mai à 18h30 avait lieu au Métaphone le showcase du groupe Miss Honeywell, à l’occasion de la sortie de son nouvel EP. Le leader de ce groupe de pop-électro-funky lillois n’est autre que Malik Berki, aux platines. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ça groove !

Vous ne resterez pas indifférent à Miss « Honeywell » qui, on vous le laisse constater, a un autre point commun avec les thermostats « Honeywell » : c’est de faire grimper la température de la pièce…

« Superhéro »

Voix chaude, rythmes groovys, habillée d’un corset métallique, et d’un casque, Miss Honeywell en bonne maîtresse de cérémonie, vous fera danser toute la nuit !

22683_1563649517256543_6356838236761490684_n

Cet article est l’occasion de rappeler que cette résidence fait suite à l' »appel à résidences » lancé par le Métaphone l’année dernière auprès des groupes de la Région : http://9-9bis.com/articles/appel-residence/

On vous donne donc rendez-vous pour le prochain appel à résidences, que nous relaierons sur minedeculture.com

Pour écouter, c’est par ici :

http://misshoneywell.bandcamp.com/releases

Publicités

Retour sur … les Fugues sonores #2 au 9-9 bis de Oignies

Les Fugues sonores #2

12, 13 décembre 2014

Site du 9/9 bis, le Métaphone – Oignies

salle des machines 9

 

En fin d’année 2014, les Fugues sonores #2 ont couru dans les différents bâtiments du 9/9  bis  de  Oignies. Mise  en  lumière  et  en  sons  ont  magnifié  l’ancien  site  minier. Projections vidéo de rouages mêlés à des mouvements de danse, sons de machines et ciné-concerts… Tous les sens étaient sollicités pour (re)découvrir les lieux et créer des passerelles artistiques entre passé et présent.

 

Quand il arrive sur le site, le promeneur est enchanté par la mise en lumière du collectif VJ’s Digital Vandal et Maxime Lepers, designer lumière attitré de Wax Tailor et Skip the Use.

mise en lumière

Mise en lumière 1

Mise en lumière 2

Mise en lumière 4

Mise en lumière 5

“La  mécanique  minière”  ajustée  par  Digital  Vandal  et  Just1kiff,  qui  imbriquent poétiquement  mouvement  des  machines  et  gestes  de  la  danse  hip  hop  par  des projections vidéos, se jouent des échelles.  Une autre passerelle vers l’imaginaire qui fait rejoindre passé et présent… Dans le Métaphone, des ciné-concerts forts et émouvants, comme “Visages de la mine” mis en musique par le duo Pierre Marescaux et Anatole Zéphir. La musique, sans être illustrative,  accompagne les images issues des archives des collections INA Nord,  qui nous plongent dans les mines du bassin minier du Nord Pas-de-Calais des années 50-70 et dans le quotidien des mineurs et de leurs familles. Un flash-back dans les paysages passés, meurtris par l’exploitation minière et dans le quotidien du mineur, entre drames, luttes et solidarité. Un moment fort de ce week-end.

Visages de la mine

Le documentaire Berlin, datant de 1927, mis en musique par le Groupe Zenzile entraîne le public dans le rythme frénétique de cette ville moderne. Les images se bousculent aux sons du riff de la guitare. Superbe et envoûtant !

Berlin

Ciné concert Berlin

En  sortant  des  ciné-concerts,  on  pouvait  à  nouveau  plonger  dans le  dialogue  passé-présent  dans l’espace exceptionnel  de  la  salle  des  machines.  Habitée  par  la  mise  en lumière et les projections de vidéos de danseurs, la salle des machine se transforme en installation  plastique.  Mais  au  somment  du  bâtiment,  les anciens mineurs  de l’association  ACCUSTO  SECCI,  gardiens  du  site  du  9/9  bis  et  de  sa  mémoire,  nous ramènent en toute simplicité aux réalités du métier du mineur et sur le fonctionnement de ces machines aujourd’hui figées.

salle des machine 10

salle des machines 4

salle des machines

salle des machines 5

salle des machines2

Seul le ciné-concert “Songe(s)” mêlant images d’archives et celles d’Ana Hopfer aux sons jazz de Richard Ortmann et Michaël Bereckis, nous a laissé “songeur”, voire perplexe…

Les Fugues sonores #2 a conduit le public dans un dialogue vivifiant  entre passé et présent. Les interventions artistiques ont remis en marche les rouages des machines. Le dialogue entre patrimoine et créations artistiques n’en est qu’à ses débuts sur le site du 9/9  bis.  Ce  week-end  donne  envie  de  rester  à  l’écoute  de  singuliers  et  vivifiants dialogues !

 

Karine Valembois

 

Retrouvez le reportage sur les Fugues Sonores dans le journal sur ILTV

http://www.iltv.fr/Services-en-ligne/Espace-documentaire/Videos/LE-JOURNAL-2014/2014_12_17_journal/Les-fugues-sonores-2014